Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 16:42

arni.gifIl en va des livres comme des gens. Certains font de l'effet ou lassent, d'autres, à l'instar du bon vin, vous deviennent de plus en plus chers avec le passage des années. Le Septième fils est de ceux-là. Son auteur Arni Thorarinsson gagne à être connu. Il a pris de la bouteille et peut se consommer sans modération. Le nord est une valeur sûre et l'Islande a bien sa place au panthéon des romans noirs.

 

Or donc, bienvenue à Isafjördur dont le patronyme à coucher dehors laisse présager bien exactement ce qu'il en est, c'est à dire pas grand chose. Trois gothiques, une pêcherie qui a coulé, un fort taux de chômage, et, voyons voir, une municipalité à la recherche de capitaux pour relancer une économie moribonde... Einar,  journaliste désabusé mais toujours curieux, se voit chargé par sa rédaction d'y fouiner un poil, histoire de travailler plus et de coûter moins. Business is business.

 

Mais un incendie éclate. Une vieille maison du centre est réduite en cendre. Un couple de touristes lituaniens se fait voler son camping-car, on le retrouvera bientôt carbonisé avec deux cadavres à l'intérieur, celui d'une gloire sur le retour du football et son meilleur ami... Einar devra donc prolonger son séjour et creuser son investigation.

 

On retrouve ici des thèmes chers à l'auteur. Un pays gangrené par l'avidité et par la drogue, la musique, une jeunesse perdue... Sous la plume d'un journaliste revenu de tout sauf de la curiosité, l'Islande sombre petit à petit. Avec des mots simples et des intrigues tricotées genre grosses mailles un peu lâches, j'avoue qu' Arni me va comme un gant, ou une moufle. Après tout, tant qu'on est au chaud... Même son final un peu gros m'a laissé un agréable souvenir. Suis-je partial? Assurément, c'est le seul moyen d'être honnête que j'ai trouvé!

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Blog (fermaton.over-blog.com)
L'INCONNAISSANCE À BACCHUS- No-15


Répondre
A

Avec le froid qui arrive, un polar façon moufle, je suis preneuse !


Répondre
L


Bonne nouvelle! Thorarinsson se savoure d'autant mieux lorsque le thermomètre chute! Et une petite correction, je pense avoir mis deux f à moufle, un camouflet jeté au visage des amoureux de la
langue que je m'empresse de rectifier avnt la contre-attaque!



Présentation

  • : touteunehistoire
  • : Un amateur donne son avis en ligne sur ce qui le passionne!
  • Contact

Plusieurs cordes...

... A mon arc?

Mon beau-père, paix à son âme,  me disait souvent qu'un touche-à-tout,  n'était bon nulle part, mais mauvais en tout!

Ce bon sens,  un peu terre à terre m'a toujours fait sourire.

Pas forcement pour les raisons auxquelles l'instigateur du proverbe pouvait songer!

Le dilettantisme est une forme d'art que la morale méprise. Et bien, si se consacrer aux arts,  par pur et simple plaisir de la chose est un crime, sachez que je suis un criminel.

Je réflechissais à tout cela, car mon ouvrage informatique, s'il colporte honnêtement mon amour du polar, vous déroutera  peut-être  par ses vélléités poétiques.

Mea culpa mes amis. La faute m'en incombe, et je vais tenter de m'expliquer...

J'en reviens à cette superbe maxime à l'origine de ce texte, et,  j'ai envie de lui assener cette autre pépite du genre: Ne s'attendre à rien, c'est être prêt à tout!

C'est ainsi, avec cette toute orientale tournure d'esprit que j'ai conçu cet espace.
Je laisse aux mots, toute lattitude pour prendre la parole...

J'espère, bien sincèrement que vous apprécierez mon outrecuidance, et que mes errements ne vous lasseront pas! Ou alors, pas tout de suite!

Recherche