Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 17:39

mankel.gifest la dernière enquête de Wallander. Pas de publicité mensongère ici messieurs et mesdames: le livre terminé, aucun doute ne subsiste dans mon esprit. Kurt ne reviendra pas. Pas de rappel, pas de bis, Kurt a lancé sa dernière réplique, le rideau est tombé, la scène est déserte, la lumière a fui, il ne dira pas " I will be back".

 

Cette ultime valse est funèbre. Wallander est vieux, ça on le savait, il est même grand-père. Cette fin de partie, si vous me passez l'expression, ne sent pas la rose mais le sapin. Les femmes de sa vie sont alcooliques ou malades et traversent son espace aérien comme des étoiles filantes. Kurt jette un regard sans complaisance sur sa vie. Le passé est lourd, l'avenir est sombre. Entre la vieillesse qu'il craint et la solitude qui le guette, l'heure du bilan a sonné...

 

Son enquête pour retrouver le père de son gendre piétine. On a cependant le droit à une belle leçon d'histoire: guerre froide, mur de Berlin ou équilibre de la terreur, sous-marins et pacte de Varsovie (je me suis cru en pleine révision du Bac pendant une seconde)...


En effet, le disparu fut officier de marine et de carrière. Les derniers mots qu'il échange avec Wallander remettent en question l'incursion dans les eaux suédoises d'un sous-marin soviétique dans les années soixante...

 

Une plongée en eau profonde s'annonce avec son cortège d'espionnage et de faux-semblants pour un Kurt dépassé. C'est une page d'histoire qui se tourne et c'est la vie de Wallander qui défile: ses enquêtes, ses conquêtes... je me suis pris à fredonner: avec le temps va, tout s'en va ...llander!!

 

Tout cela est bel et bien beau, cela n'en demeure pas moins funèbre. On croirait lire les derniers mots d'un condamné (par l'auteur) à disparaître, une confession désabusée ou un testament amer...

 

Cette élégie est par trop morbide pour ce héros qui n'en méritait pas tant. Wallander, bougon mais vaillant, s'éteint tout au long de cet ultime volet de la saga. Je m'en remettrai. Lui ne remettra pas le couvert et c'est dommage, car s'il n'est de bonne compagnie qui ne se quitte, on aurait pu souhaiter un final moins abrupt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y

Ce n'est pas vraiment abrupt : sa fin est plutôt longue dans le temps, puisque Mankell dit qu'il va profiter encore de sa fille et de son petit-enfant. Je trouve pas mal d'en finir avec un héros
récurrent, même si Wallander était pour moi LE policier de référence du moment


Répondre
P

Hello amigo ! Cela fait un bout de temps qu'on n'a pas de tes nouvelles. J'espère que tu vas bien ... et reviens nous vite. Pierre


Répondre
J

Toc, toc... Y a quelqu'un ? Occupé, peut-être ? Je repasserai...


Répondre
L


Désolé, quelques temps que je suis aux abonnés absents. Déménagement, garde-meuble, éxode, je n'ai plus mon ordi mort de sa belle mort et plus trop d'internet, je suis en stand-by pour le
moment... A bientôt j'espère!



D

Bonsoir, Cet homme inquiet fait partie de mes prochaines lectures. Ton billet n'est pas bien gai. Mais il est vrai que Wallander entre son diabète et ses problèmes n'est pas la joie de vivre
incarnée. Je me prépare. Bonne soirée.


Répondre
L


Coucou et désolé d'avoir mis autant de temps à répondre, pas mal de trucs en route... Wallander n'est pas un gai luron il est vrai, mais j'ai trouvé cet ultime volet trop sombre à mon goût.
J'attendrai tes impressions pour comparer!



P

Hello amigo, je l'ai acheté à sa sortie et il est entre les mains de ma femme. Ton article ne me surprend pas, c'est ce que j'en pensais. Je verrais si j'ai le même ressenti à la lecture.


Répondre
L


Salute amigo! Je ne sais si c'est l'âge qui me rend sentimental, mais à voir ces vieux compagnons de lecture vieillir ou prendre leur retraite, une certaine nostalgie m'étreint...J'attends de
voir ce que tu en penses avec impatience!



Présentation

  • : touteunehistoire
  • : Un amateur donne son avis en ligne sur ce qui le passionne!
  • Contact

Plusieurs cordes...

... A mon arc?

Mon beau-père, paix à son âme,  me disait souvent qu'un touche-à-tout,  n'était bon nulle part, mais mauvais en tout!

Ce bon sens,  un peu terre à terre m'a toujours fait sourire.

Pas forcement pour les raisons auxquelles l'instigateur du proverbe pouvait songer!

Le dilettantisme est une forme d'art que la morale méprise. Et bien, si se consacrer aux arts,  par pur et simple plaisir de la chose est un crime, sachez que je suis un criminel.

Je réflechissais à tout cela, car mon ouvrage informatique, s'il colporte honnêtement mon amour du polar, vous déroutera  peut-être  par ses vélléités poétiques.

Mea culpa mes amis. La faute m'en incombe, et je vais tenter de m'expliquer...

J'en reviens à cette superbe maxime à l'origine de ce texte, et,  j'ai envie de lui assener cette autre pépite du genre: Ne s'attendre à rien, c'est être prêt à tout!

C'est ainsi, avec cette toute orientale tournure d'esprit que j'ai conçu cet espace.
Je laisse aux mots, toute lattitude pour prendre la parole...

J'espère, bien sincèrement que vous apprécierez mon outrecuidance, et que mes errements ne vous lasseront pas! Ou alors, pas tout de suite!

Recherche